devis,tarif,site

Ça coûte combien un site web ?

Le 21 mars 2013 par Maxime dans Conception web.


Vaste question à laquelle chaque agence ou freelance propose une réponse différente. Forcément difficile de s’y retrouver. Combien ça coûte, qu’est-ce que l’on paye, à quoi s’attendre ? Tout un tas d’interrogations qu’un porteur de projet se pose. Éléments de réponse.

Qu’est-ce qu’un site web ?

Bien souvent, le web conserve une image assez amateur dans l’inconscient collectif. Même si les réseaux sociaux ont aidé à la démocratisation de l’Internet chez les plus jeunes comme chez les plus âgés, la plupart n’ont pas bien conscience du travail que cela présuppose. D’ailleurs, il n’est pas rare de voir des métonymies assez étonnantes se retrouver dans le langage.

Qu’est-ce qu’il a Facebook aujourd’hui ? Il est lent et il me propose n’importe quoi comme suggestions !

Petit à petit nous prenons pour acquis les applications web que l’on utilise, oubliant alors la difficulté de développement requise. C’est pourquoi, à la lecture de votre premier devis, vous serez certainement surpris de la charge de travail des fonctionnalités dont vous pensiez qu’elles « prendraient deux secondes » comme disent certains impatients. Un projet web, c’est beaucoup d’étapes et de compétences qui s’entremêlent avec harmonie pour que, justement, l’on ait l’impression que cela soit simple et naturel.

Dans notre agence web, nous avons la particularité d’être flexibles dans notre travail et centrés autour des clients de notre client, en utilisant des méthodes agiles. Notre taille humaine et notre passion sans égale nous permettent de changer de cap rapidement en cas d’erreur pour parvenir rapidement à la meilleure solution, ce qui nous épargne un certain nombre d’étapes et de lourdeur dans nos processus de création. Nous pouvons résumer la réalisation d’un site internet en six points : gestion de projet, stratégie de communication, optimisations, design graphique, intégration et développement. Un petit lexique s’impose.

Gestion de projet

Dans un projet, il y a du dev, du graphisme, du SEO… Mais il y a bien évidemment un client ! Et la relation que l’on entretient avec prend du temps et doit être soignée. Honnêteté, ponctualité, psychologie et fermeté, ce n’est pas toujours facile. Chez Wype on est loin des tableurs qui traquent à la seconde près chaque tâche, tout se passe sur un outil en ligne et les échanges avec le client sont humains et naturels. Mais dans beaucoup de (grosses) agences, cette partie peut-être lourde, longue et par conséquent relativement chère.

Stratégie de communication

La préparation du projet est parfois complexe, et la définition d’un concept dans le détail est souvent chronophage. Mais c’est primordial pour arriver à un résultat inoubliable. Ergonomie, wording, ton de communication, audit concurrentiel, tout autant de champs d’action à travailler. Souvent incompris par le client (meuuuh, j’peux le faire moi-même), les aptitudes de conception-rédaction et l’expérience du web sont cruciales pour la bonne réussite d’un lancement web.

Optimisations

Le diable est dans les détails, nous dit l’adage. C’est pas faux.
D’une part, l’optimisation des performances, sur des domaines sensibles comme l’e-commerce en particulier, est très impactante dans la réussite d’un projet web. D’autre part on trouve bien évidemment l’optimisation du référencement naturel, devenu un véritable métier depuis quelques années. Ces optimisations doivent s’allier avec le travail de stratégie de communication, pour donner un contenu facile à lire pour l’utilisateur avec une ergonomie travaillée et un ton sympathique, ainsi qu’aux moteurs avec un code soigné et des mots-clés pertinents pour ressortir sur des requêtes intéressantes. Car il n’est pas tout le temps évident d’être à la fois agréable à lire pour un humain et optimisé pour un robot, ou agréable à l’oeil mais optimisé pour la vitesse d’affichage…

optimisation web

Design graphique

Tantôt passage obligé, tantôt fer de lance, le graphisme est bien évidemment un point psychologiquement important d’un projet web. Sur le papier, il n’est pas plus essentiel qu’un autre pôle de travail, mais c’est avec lui que le site prend forme réellement. On sort de l’idée pour arriver sur le concret. Malheureusement, il est à mon sens bien trop peu abouti dans la plupart des sites internet. La réalisation doit aller vite, elle doit plaire au client, donc on tombe dans les clichés. Problème, il faut séduire le client du client, pas le client de l’agence, ni l’intégrateur. M’enfin, ça c’est notre avis, chacun peut en discuter

Intégration

L’intégrateur, le voilà justement. Deuxième étape qui fait du bien dans un projet, il ne s’agit plus d’une maquette, d’une image, mais d’un site à proprement dit. Chaque élément de design est découpé et mis en code, pour qu’il puisse devenir dynamique. Ça bouge, c’est extensible, c’est réactif. C’est beau. (Oui, je suis intégrateur, ça se voit tant que ça ?)
Poste qui peut souvent être négligé au sein des agences, pourtant l’intégrateur a sur lui le poids d’une bonne partie de l’optimisation des performances et du référencement. Et lorsque du javascript rentre en jeu (langage informatique qui permet d’animer une page web), l’intégration devient bien souvent plus qu’une retranscription de maquette. On parle même de développeur front-end aujourd’hui, un changement de langage qui dénote bien d’un changement de mentalité : une intégration époustouflante aura un impact certain sur la conversion des visiteurs.

Développement

L’étape généralement la plus longue et la plus coûteuse d’un site web lorsque le champ fonctionnel s’étend au-delà d’un site vitrine. Pour prendre l’exemple de l’e-commerce encore une fois, une boutique en ligne se doit de revêtir plusieurs parties : pages catégories et produits, pages « Mon compte » pour que le client ait la main sur ses commandes ou ses informations personnelles, ou encore le tunnel d’achat. Ce dernier est souvent complexe, car on y retrouve le panier, la livraison, le paiement, qui sont souvent liés à des plateformes externes : serveur de paiement, transporteurs, outil de gestion des stocks…

Mais là où réside toute la difficulté du métier, c’est tout ce que l’on ne voit pas. Tout le monde ne se doute peut-être pas que pour la plupart des sites internet, il y a une partie visible (front-office), certes, mais aussi une partie d’administration (back-office) ! Si toute la boutique côté visiteur prend déjà du temps, le développeur « back-end » doit aussi fournir une interface simple et intuitive pour le gérant de la boutique. Rajouter ses produits, envoyer des newsletters, opérer des opérations marketing… Heureusement, le travail est parfois mâché par des frameworks (bibliothèques de fonctions et de concepts) ou CMS (système de gestion de contenu avec administration), des outils qui permettent aux développeurs de partir sur une base éprouvée, et simplement développer la spécificité de chaque site web. Mais qui voudrait d’un site similaire à un autre ? Chaque projet nécessite donc son lot de développements spécifiques.

Combien coûte un site web ?

Maintenant que l’on maîtrise le sujet de la discussion, passons aux choses sérieuses : combien va-t-il falloir débourser pour tout ça ? Ça prend du temps, d’accord, c’est compliqué, OK ; beaucoup de clients comprennent après s’être bien renseignés que c’est un coût non négligeable. Mais concrètement ça donne quoi, ça fait combien ? Je crois que le mieux, au lieu d’en parler trois plombes, c’est de voir des chiffres, à la journée puis au projet.

Tarif à la journée

La plupart du temps, la création web se compte en « jour/homme ». Ce n’est pas une formule sexiste, mais simplement la manière dont on nomme la charge de travail. 3 jours/homme, ça peut être un employé à temps plein sur votre projet pendant 3 jours, ou bien à moitié sur votre projet pendant 6 jours, ou encore 3 personnes en une seule journée. Et ça peut être aussi une femme ;)

Ces tarifs varient entre les postes de travail et le type de structure de l’entreprise. Une agence sera évidemment plus chère qu’un freelance, mais fournira l’assurance d’une prise en charge complète et une gestion des ressources humaines plus stable (le cas typique du freelance qui est en vacances lorsqu’il y a un gros bug sur la home, vous connaissez ?). Aussi, Paris sera généralement plus cher que la province, mais se targue de pouvoir embaucher davantage de talents. Difficile donc d’établir des fourchettes de prix vraiment représentatives du marché avec toutes ces variables, mais essayons. Voici les tarifs que l’on a pu constater dans les discussions avec d’autres agences ou dans les devis qu’on a vu passer :

  • Gestion de projet : 500 € – En général, cela ne varie pas beaucoup entre les agences. Un tarif que je trouve personnellement excessif, car il n’y a pas de compétences particulières à entretenir. S’il faut bien sûr avoir une bonne culture web et être pluricompétent, l’absence de compétences spécifiques facilite l’embauche : alors que les bons développeurs sont rares, ce n’est pas le cas des chefs de projet.
  • Stratégie / Conception-rédaction : 400-500 € – On peut trouver que ce n’est pas donné pour juste avoir une idée. C’est une grossière erreur, une idée bien trouvée, que cela soit un axe de communication, une idée de publicité ou de baseline, peut vite rentabiliser le budget investi. Surtout à l’époque des réseaux sociaux, une belle idée est un meilleur investissement qu’un achat d’espace par exemple.
  • Design graphique : 300-1000 € – un grand écart qui s’explique par la différence de qualité : un webdesign classique par un graphiste éxécutant sera forcément moins cher que des interfaces nécessitant un directeur artistique, un illustrateur ou un motion designer.
  • Référencement : 600-900 € – des tarifs élevés qui s’explique d’une part par la rareté des prestataires compétents, et d’autre part par la longue expérience qu’il est nécessaire d’acquérir avant de pouvoir promettre de quelconques résultats.
  • Intégration : 300-450 € – ce sont bien évidemment les tarifs pour une intégration classique. Si les interactions ou animations sont nombreuses et poussées, le prix d’un intégrateur se rapprochera des tarifs des développeurs.
  • Développement : 500-1000 € – encore une fois un écart conséquent, qui reflète généralement le type de technologie utilisé. Un développeur WordPress sera plus par exemple facile à trouver qu’un expert Django (le framework, pas le film).

Chez Wype, nous avons l’habitude d’établir nos devis avec des « charges parfaites », c’est-à-dire le nombre de jours de travail qu’il est nécessaire de passer au minimum. Ensuite, nous reportons la difficulté à maintenir ce temps de travail dans le tarif de nos prestations. Ainsi, le développement back-end sera plus cher que l’intégration, car il est plus sensible aux bugs et soucis imprévus.

Les tarifs sont aussi malheureusement biaisés selon l’aptitude du client à vérifier le travail. Le référencement par exemple, un métier souvent surévalué, car très opaque pour le client. Et à lire certains blogs de référencement sur le web, chacun y va de sa plume pour désigner le SEO comme une science digne d’être enseigné à l’ENS. De notre côté, nous préférons être humble et proposer la fourchette basse, même si nous pouvons nous targuer de quelques bons résultats.
Vous remarquerez aussi l’absence de tarifs pour le mobile. Je crois que c’est surtout un effet de mode de séparer les médias de diffusion : un développeur mobile est avant tout un développeur. Une mode cultivée parfois pour légitimer la sortie de l’artillerie lourde niveau devis.

artillerie lourde

 

Tarif pour un projet web complet

Comprenez : audit concurrentiel, ton de communication, stratégie de référencement, création du logo de la charte et des maquettes, intégration des templates, développement des fonctionnalités, formation à la gestion du site et livraison sur un serveur en production. Au-delà de toutes les différences que l’on a vu plus haut, les tarifs au projet varient bien évidemment en fonction du type de site web. C’est parti pour une nouvelle liste avec quelques exemples :

  • Site vitrine : 5000-8000 €. Sur une vitrine, quelques contenus administrables mais pas de fonctionnalités poussées. C’est donc surtout le design qui fera varier le devis. Si l’annonceur souhaite une image de marque d’exception, le tarif pour s’envoler rapidement. Voyez celui-ci, par une célèbre marque d’eau minérale : Pure Evian. Il n’a pas du coûter 5 000€…
  • Boutique en ligne : 15 000 € – 30 000 €. La complexité de l’arborescence de la boutique, notamment le catalogue de produits, fait varier l’envergure du site. Aussi, l’e-commerce d’aujourd’hui évolue pour proposer un peu plus qu’une simple boutique en ligne. Ce sont donc de nouvelles fonctionnalités qui voient le jour et qui augmentent la charge de travail.
  • Site spécifique : à partir de 20 000 €. Pour la création d’un site spécifique, une plateforme nouvelle comme un réseau social ou tout ce qui n’est pas facilement reproductible, la création du site devra se faire « à la main ». Pour de tels sites, impossible d’utiliser un CMS, on doit partir sur un framework et composer chacune des pages à partir de zéro. Forcément, la charge de travail étant plus élevée, le devis aussi. Sur ces sites, on ne peut pas raisonnablement donner de fourchette haute, tout dépend du champ fonctionnel.

Face à ces tarifs, les clients souhaitent parfois supprimer quelques postes de travail. C’est tout à fait normal, le but de chaque entreprise est tout de même de dépenser le moins possible pour essayer de générer du bénéfice. L’erreur classique du client d’agence consiste à consolider la construction (ici le développement web) et affaiblir l’identité (stratégie de comm et design). Quant au référencement ou le travail d’audit, ils passent parfois complètement à la trappe. Cependant, ces prestations sont loin d’être superflues, et bon nombre de clients parcimonieux payent par la suite le prix fort lorsqu’il faut réorienter de mauvaises décisions stratégiques ou être dans l’obligation d’avoir recours à la publicité quand le référencement naturel n’apporte pas assez de visites…

Combien vaut un site web ?

Eh Maxou, tu dérailles, tu viens de répondre à cette question !

Nous venons de voir combien coûte un site web, mais pas sa valeur. Pour la route, une citation que je me plais souvent à marteler, car elle évoque tout à fait nos propos que l’on s’efforce à rappeler sur ce blog : la vraie valeur se détermine par la différence entre ce que vous donnez et ce que vous facturer en échange. Issu d’un très bon livre que je recommande chaudement au passage…

Your true worth is determined by how much more you give in value than you take in payment.

The Law Of Value, The Go-Giver

Venons-en au fait. Nous sommes convaincus que l’investissement dans un prestataire de qualité peut être très rentable. Miser sur la qualité, c’est s’assurer d’avoir une belle rampe de lancement pour son projet. Dans de nombreux secteurs, la différence de prix entre deux produits ne fait pas d’émules. Personne n’ira par exemple s’indigner devant l’écart de prix entre une Porsche et une twingo.
Concernant la création de site internet, les prospects sont souvent étonnés de constater un tel interval entre tous les devis qu’ils ont demandé. C’est en fait comme les voitures : certaines seront plus chères parce qu’elles sont plus puissantes. Et il est vrai que certaines sont plus chères juste parce qu’elles proviennent d’un fabricant qui a pignon sur rue.

Ne nous perdons pas en conjectures, et reprenons la voie concrète de l’exemple : Les Belles pointures. Il s’agit d’une boutique en ligne de chaussures grandes tailles pour les femmes (ben ouais, tant qu’à la prendre en exemple, autant lui faire un bon lien). Elle a fait appel à nous après avoir déjà créé sa boutique avec une autre agence. Elle n’était pas vraiment contente, car elle était limitée dans l’administration, et chaque changement lui était facturé alors que ça demandait parfois que deux trois clics (vous vous rappelez, opacité de prestation = €€€). De plus, elle ne jouissait pas d’une bonne visibilité sur les moteurs de recherche. Enfin, le graphisme n’avait pas été tout à fait abouti, et plusieurs pages n’étaient pas vraiment travaillées. On pouvait retrouver par exemple le fil d’ariane de base de Prestashop. Pas glop.

les belles pointures

Une refonte ergonomique et graphique plus tard, ses visites doublent grâce au travail de référencement et son chiffre d’affaire augmente de 60%. Loin de nous l’idée de nous jeter des fleurs, ce n’est pas monter l’Everest que d’afficher de telles statistiques quand on part d’aussi bas. L’agence précédente n’avait pas pris la peine de travailler les optimisations possibles, se limitant au strict minimum pour coller au devis et construire un site qui tient debout. Choisir une bonne agence dès le départ lui aurait économisé bien des soucis, et surtout bien des euros. Une facture plus élevée, c’est toujours moins cher que deux factures !

Malheureusement, il y a un hic. Comment savoir avant de la recruter si l’équipe que l’on a en face de vous est compétente et motivée ? Pour cela, pas de secret, on aura beau discuter, scruter les réalisations précédentes, voire même demander les CV des personnes qui seront sur le projet parfois jusqu’au stagiaire – aberration qui n’est pas rare – pour s’imaginer la qualité du prestataire, rien n’assure le client à 100% sur ce qu’il adviendra de son projet.
Notre conseil : allez-y au feeling. Votre prestataire a peut-être un devis détaillé à la minute ou tout un tas de belles phrases compliquées pour mettre en avant son travail et légitimer son prix, mais si en réunion il a des difficultés à répondre à vos questions, c’est mauvais signe. S’il reste froid et méthodique, c’est aussi mauvais signe. Un bon prestataire se doit d’éprouver de l’empathie pour son client, de le comprendre, de vulgariser et de l’aider à faire ses choix.

Voilà de quoi j’espère éclairer la lanterne de nos lecteurs porteurs de projet. Je crois avoir fait le tour de la question, mais n’hésitez pas à apporter votre avis : pour écrire un commentaire, c’est juste en dessous.

Crédit Photo : Stockvault.


A propos de l'auteur

Maxime

Maxime, son truc, c'est plutôt le concret : marketing et développement web. N'hésitez pas à vous défouler dans les commentaires, il aime les liens entre les personnes (surtout en dofollow).

Jeter un oeil sur les autres articles : design graphique, actu web et marketing seo

Jeter un oeil sur les autres articles : , , ,

Vous êtes trop chers et trop longs… wait, what?

devis site internet

Nous serons présents au Barcamp Prestashop 7 !

agence ecommerce prestashop

Vos commentaires sur Ça coûte combien un site web ?

(24) devis,tarif,site - Réagissez !
Marselik

22 mars 2013 à 3 h 04 min

Pour tout homme armé d’un marteau, un problème ressemble à un clou !
Je suis surpris que vous ne mentionnez pas les CMS type wordpress qui coûtent une misère et sont très utiles pour les sociétés en phase de démarrage.


Maxime

22 mars 2013 à 10 h 14 min

Bien sûr, on peut installer un CMS sur un petit serveur, et on a notre site. Mais ce n’est pas le sujet de cet article, dans lequel j’aborde de la création de sites professionnels. C’est-à-dire un projet web complet qui ne peut pas être réalisé pour une misère, à moins que l’entrepreneur ait des compétences de stratégie, de design et de développement. Ce qui est assez rare ;)


Grégory

22 mars 2013 à 14 h 05 min

Bonjour,
Merci pour cet article très documenté ! Les chiffres sont clairs et je ne peut qu’être OK avec vous sur la valeur du travail mais … il y a un mais … aujourd’hui dans ma région 88% des entreprises ont moins de 10 personnes et la moitié environ ont une présence sur Internet (blog, site, etc.)

Je suis intimement persuadé de l’importance de cette présence mais souvent l’entreprise n’y voit qu’un centre de cout. Arriver avec un devis de 5000-8000 € pour un site vitrine c’est presque assurément le mettre dans les mains des arnaqueurs qui vous proposent des sites « gratuits » avec 150€ / mois d’hébergement sur 5 ans.

Je pense comme Marselik qu’il y a moyen de faire monter en puissance la présence numérique d’une entreprise. Un site vitrine simple, monter sur un WordPress ou autre, accompagner de statistiques, de conseils et de proposition d’évolution et, pour moi, une solution. Attention, je ne dis pas que c’est la solution à tout !

Si nous voulons arriver à mettre 80% de nos entreprises sur Internet, il va falloir faire évoluer les positions du coté des professionnels (oui, on peut commencer avec un site « pas cher ») que des clients (oui, créer un présence numérique à une valeur).

Soyons optimistes :)


ThomasF

22 mars 2013 à 14 h 42 min

Merci pour cet éclairage pédagogique et honnête. A faire lire à tous les clients qui débutent et que la jungle des prestations web effraye !


Magick!

22 mars 2013 à 15 h 33 min

Article très intéressant sur un sujet assez tabou en France, le coût des choses en particulier dans la prestation de services.

Je proposerais une autre voie aux structures, indépendants et entreprises n’ayant pas de budget pour du web. Étrangement pour beaucoup d’entres eux, ils en ont pour du print… mais passons. Des solutions gratuites (sauf en temps) et performantes existent et c’est du côté de Google qu’il faut regarder encore une fois.

Je pense dans un premier temps à bien déclarer et remplir sa fiche établissement (horaires, photos, descriptif, contacts, etc) sur Google Maps afin que celle-ci soit mise en valeur lors d’une recherche sur Google. Il y a un suivi statistique sur l’affichage, les actions et recherches.

Dans un deuxième temps créer une page sur Google Plus pour son activité et la lier avec la fiche précédente.

Enfin, utiliser l’outil Site de Google pour mettre en ligne les pages de son site et faire pointer son nom de domaine dessus.

Coût : 0€ (hors frais nom de domaine)
Temps : pas longtemps ;-) (disons qu’en 1 matinée l’ensemble est fait)


Mario Bruneau, SiteWebMobile

23 mars 2013 à 4 h 51 min

Très bel article.

C’est vrai qu’un site complètement « original » comme celui que vous avez majestueusement réalisé pour « les belles pointures » a un prix. Une feuille de style (template ou thème) original et créé spécialement pour un client, ça a un prix et c’est pas des peanut.

Il est aussi vrai qu’un prestataire de site pour mobile (smartphone) est aussi un prestataire de site fixe (normal) Méfiez-vous des « spécialistes » qui n’offrent qu’un service de création de site pour mobile. Il y a de fortes chances qu’il n’est capable que de créer des sites mobiles puisque ceux-ci sont souvent créés en HTML comme on l’utilisait au début de l’Internet. Créer un site en HTML est très facile et ne demande pas une très grande connaissance des codes plus avancés utilisés aujourd’hui comme css, php, etc.

Pour vous donner une idée de ce que je fais ici (au Québec), je prends $6,000 (4,500€) pour une campagne de Marketing Internet complète incluant pas mal de SEO. Ce package comprend plusieurs sites fixes et un site mobile. Ça comprend aussi tout le visuel, charte graphique, une vidéo avec trame sonore originale, autorépondeur, rédaction de contenu, etc.

Pour un site mobile complet je prends $600 (451€)

C’est bien évident à chacun son/ses prix. Je donne ici les miens pour éclairer les lecteurs. C’est vrai que la question du prix n’est pas très « sexy » et c’est rare de trouver des agences qui les affichent ouvertement comme Wype.

cordialement,

Mario Bruneau


bob

25 mars 2013 à 9 h 56 min

Très bon article, et je suis d’accord en tout point, en lisant l’article je pensait à des cas clients où l’on avait pas réussi à faire passer ce discours.

Comme le monde est petit, c’est justement l’exemple que vous prenez, visiblement vous avez pu profiter du travail en amont pour faire passer ce genre de discours.

Et oui, une boutique ne coûte pas 5000€.


Manon, Call center

28 mars 2013 à 13 h 35 min

c’est vrai que c’est surtout le budget qui décourage les entreprises, surtout les petites, à se faire une présence sur le web, et ça se comprend en temps de conjoncture difficile. Mais comme tout investissement avec espoir de rentabilité, il faut débourser une certaine somme


Gérard

10 avril 2013 à 15 h 20 min

Effectivement la création d’un site web coûte cher.. Mais c’est déjà moins cher qu’un magasin. Un site e-commerce a plusieurs avantages qu’on ne peut pas négliger : couverture d’une zone géographique plus étendu, attirer une nouvelle clientèle, se faire connaitre…

Je pense que le site e-commerce et site vitrine d’une entreprise sont 2 investissements rentables à long terme.


Alain, enlevement epave

12 avril 2013 à 15 h 46 min

« Et il est vrai que certaines sont plus chères juste parce qu’elles proviennent d’un fabricant qui a pignon sur rue » => très juste, certains prestataires sont plus cher simplement parce que ce sont des grosses boites qui ont pignon sur rue et dépasse des sommes folles dans la pub, du coup ces dépenses sont répercutés sur le client final.


jasmin et camomille

3 mai 2013 à 13 h 05 min

Créer un site web peut effectivement couter cher, sauf pour ceux qui ont quelques connaissance en informatique. Toutefois , rare sont ceux qui ont toutes les connaissances en matière de création de site web.


rivsc

23 mai 2013 à 17 h 57 min

Le commence par la remarque sans intérêt : l’engrenage en photo plus haut ne peut pas tourner.

Plus sérieusement, les tarifs à la journée annoncés (en particulier « Intégration » et « développement ») tiennent compte d’une adaptation (développement spécifique) sur un CMS (wordpress…) / plateforme E-commerce (prestashop, spree, …) existante ? Ou bien s’agit-il d’un développement spécifique entier, du front au back office ?

En tout cas c’est sympa de voir la démarche et des chiffres expliqués !

Merci Wype.


Christophe, Tyseo Annecy

30 mai 2013 à 13 h 20 min

On peut aussi prendre le problème dans l’autre sens :
Combien ça coûte de ne pas être visible ?
Et combien ça coûte d’avoir un mauvais site web ?
Et si le client final ne sait pas ce qu’il veut, et bien le projet sera forcément un échec.


Maxime

30 mai 2013 à 13 h 57 min

@Gregory : je suis bien conscient qu’un porteur de projet qui voit arriver un projet de site vitrine à plus de 5000€, lors que d’autres lui proposent du low cost, il sera plus que tenté… Mais c’est d’ailleurs tout l’intérêt de l’article, il vaut mieux informer pour éviter ensuite les surprises et l’incompréhension ;)

@rivsc : Merci pour ta remarque cruciale :D
Plus sérieusement à mon tour, les tarifs ne tiennent pas compte de la charge de travail. S’il y a développement spécifique, alors il y aura simplement plus de journées facturées… Il n’y a pas de tarif « installation simple » et un autre tarif « installation personnalisée ». Ça peut être le cas dans les grosses agences où il y a certains développeurs moins compétents que d’autres, et donc qui sont « vendus » moins chers. Chez Wype, tous nos développeurs ont les compétences d’effectuer une prestation intégrale.

@Christophe : C’est pas faux. Je ne compte plus les clients qui n’ont pas accepté mon devis, et qui sont revenus quelques mois après avec des regrets, car l’agence un peu moins cher qu’ils sélectionné n’étaient pas à la hauteur de leur espérance. Au final, un mauvais site web risque de coûter très cher effectivement…


Pierre

7 juin 2013 à 23 h 43 min

Très chouette article, je partage votre article sur ma page Facebook consacré au Webdesign! Merci, bonne continuation.


Cadoret

25 juin 2013 à 11 h 11 min

Article très intéressant !

Il est clair que les prix peuvent varier et en tant que gérant d’une agence web, je confirme que les développements spécifiques pour des sites pro sont souvent coûteux. Mais comme l’ont déjà mentionné plusieurs personnes, les CMS prennent une part de marché de plus en plus importante qu’il ne faut pas négliger. Par exemple, Prestashop est un CMS pour la création d’une boutique en ligne et qui convient à 90% de ma clientèle. La mise en place d’une telle solution incluant un design unique (personnalisé) chez moi dépasse rarement les 6000 € – bien entendu, uniquement s’il s’agit d’une simple boutique sans fonctionnalité spécifique.
Exemple de développement spécifique : création d’un module permettant de personnaliser des bijoux (ou vêtements) avant l’achat.


Guillaume

25 juin 2013 à 11 h 35 min

Je partage en tout point votre article mais je pense tout de même qu’il s’adresse à une certaine catégorie de professionnels. Je vois mal un artisan mettre 5000 euros dans un site vitrine même si oui ça peut lui être très bénéfique et si son investissement peut être recoupé avec un bon référencement.
Merci.
Guillaume


Maxime

25 juin 2013 à 12 h 26 min

@Cadoret @Guillaume : Je sais bien que pour certains, les prix affichés dans l’article peuvent paraître élevés. Il s’agit effectivement des prix adaptés au type de client que l’on a le plus souvent à l’agence : start-up, ou boutique spécifiques, qui ont chacun besoin d’une différenciation, plus que d’un simple site web. Ainsi, chaque recoin du projet sera travaillé, chaque pixel ne sera pas là par hasard, rendant alors les CMS utilisés méconnaissables. Un tel travail permet une visibilité accrue, ainsi qu’une notoriété et d’un gain de confiance auprès des clients de nos clients.

Cela dit, je pense sincèrement que l’investissement en vaut la chandelle, même pour le petit artisan. Car si au sein d’un même secteur d’activité, chacun se dit n’avoir besoin que d’un site sans qu’il soit forcément époustouflant, celui qui prendra l’initiative de faire exception à la règle sortira immédiatement du lot, et sera remarqué dans la communauté de son secteur, aussi bien par ses clients que par ses concurrents ou fournisseurs…


Stef, Paranormale Entreprise

1 juillet 2013 à 23 h 00 min

Bonjour, bonjour …
J’arrive pile poil en plein débat, là, on dirait …
Bon voilà ce que j’ai à dire :
- Je fais partie de ces petites entreprises qui se son faites bananées par un margoulin pour espérer être visible sur le net.
- Du coup, je me suis dit moi aussi, je cite : « meuuuh, j’peux le faire moi-même »…
- La réponse est : oui on peut le faire soi même … mais à quel prix !
Lorsqu’on part de zéro, puisque on ne veut pas payer, créer son site prend beaucoup, beaucoup, beaucoup de temps, de patience et d’acharnement. Sans compter le nombre de fois où on est obligé de tout recommencer à cause d’une mauvaise manip ou d’un piratage.
- Donc à moins que d’avoir minimum 1 an d’avance, à coup de 2/3 heures par jours tous les jours, pour mettre en place son site (ce qui est rarement le cas, surtout pour du e-commerce) je pense qu’il vaut mieux prendre certains raccourcis dont celui que nous propose Maxime.
- La difficulté réelle est de trouver le bon prestataire et de bien définir le cahier des charges.
- Je ne peux pas être objectif parce que je n’ai pas été client par ici, mais ce que je peux vous dire en tant que webmaster, c’est déjà que le site est super bien roulé et que l’équipe a bien intégré certains enjeux indispensables pour se rendre visible (ce qui n’est pas toujours le cas chez tout le monde).
- Après, Mesdames et Messieurs les entrepreneurs, arrêtez un peu de faire vos fillettes, ce n’est pas le prix qui compte, c’est ce que ça rapporte et vous le savez pertinemment (ça vous arrange pas les vacances au souk de Marrakech). Même pour un artisan (d’ailleurs ça vit bien un artisan, pourquoi vous parlez d’artisans ?), 5000 euros ça reste abordable, surtout s’ils vous accordent un 10 fois sans frais ! :)
- Puisque ça parle de chaussures dans cet article, vous vous rappelez tous du célèbre slogan des années 80 d’une chaîne de magasins : « Il faudrait être fou pour dépenser plus !  » ?
Et j’ai une question : combien de temps ça tient une paire de pompe à 30 euros ?
Vous voulez du WordPress pour accompagner votre activité ? C’est possible mais bon courage … si vous êtes vraiment patient (pas juste un week-end j’entends), c’est faisable. Y’a tout plein d’outils qui une fois maîtrisés vont vous aider. Mais avez vous réellement que ça à faire ?
(et là, je me rappelle que je propose une catégorie « créer son site avec wordpress » sur mon blog, …oups ! Décidément, je suis difficile à suivre … même par moi même ! )
Sinon Maxime, quand tu auras fini de te justifier, j’aurais bien aimé profiter de ta contribution à une question dans mon dernier article (lundi 1 juillet) car j’aimerais avoir le point de vue d’un pro ( … sauf si c’est trop cher :) )
Merci d’avance.


Maxime

2 juillet 2013 à 12 h 09 min

Hello Stef,

Merci pour ce commentaire fougeux ! Le but de cet article, c’était avant tout de provoquer une réaction, et si possible une prise de conscience. Dévoiler les tarifs n’est pas une chose qui se fait souvent dans le milieu de la communication ; on préfère mettre en avant de belles paroles, pour mieux faire avaler la pilule du devis. Mais pour moi, le devis ne devrait pas être une pilule douloureuse à ingurgiter. Ce doit être une transparence, un engagement. Je n’ai jamais eu honte des devis que j’ai proposé ; s’il est cher, c’est que le projet nécessite du temps, point.

Je viens en commentaire appuyer mon point de vue, non pas pour me justifier, mais pour continuer de faire comprendre au curieux qui aura lu jusque là, car il y a tant à dire…
En ce moment, mon agence est en « compétition » avec deux freelances pour le design d’une application mobile. Evidemment, nous sommes 3 fois plus chers. Mais le portfolio parle de lui-même, ces freelances font un dégradé sous Photoshop, et ils appellent ça une proposition. Il n’y a pas de travail d’ergonomie, de wireframe, et d’expérience utilisateur, pas de personnalisation OS, et surtout pas de chaleur humaine dans le processus, qui est particulièrement très important sur mobiles, où les utilisateurs sont beaucoup plus attachés à leur appli qu’ils ne peuvent l’être avec un site web…

Le client choisira ce qu’il voudra, le prix ou la qualité. Si je n’obtiens pas ce projet, je serai déçu, car il est intéressant. Mais je ne serai pas inquiet, car mon agence est régulièrement sollicitée. En revanche, mon client risquera fort de se retrouver avec un résultat qui ne lui convient pas, et devra refaire appel à un autre prestataire ou se contenter d’un produit qui n’est pas optimal. Et tout le but de l’article est là : faire comprendre tout cela aux porteurs de projet ! La France a besoin d’idées, d’entrepreneurs, de réussite, de croissance, pas de fausses illusions en voulant faire des économies sur un devis…

Ça me rappelle une fable d’ailleurs : http://paranormale-entreprise.fr/la-fable-du-jour-logre-et-le-lutin ;)
Allez, je file sur ton blog, j’ai de la lecture à rattraper !


William

2 juillet 2013 à 18 h 21 min

Merci pour cet article qui éclaire bien sur les prestations des agences.
Certes, la plupart des commentaires reflètent que ces prix ne sont forcément adaptés à des projets « simples » et que des blogs, CMS, etc… suffisent. Mais en tout cas, ça donne un ordre de grandeur de prix intéressant à garder en tête pour ces différentes prestations.

Bel article, merci.
Will


Antho, disque-dur

7 février 2014 à 17 h 43 min

La plupart sont loin de s’imaginer de telles sommes ! Article très intéressant.


cyril, ici

16 avril 2014 à 22 h 37 min

Article très intéressant, un petit aperçu des différents prix selon le type de site web est instructif pour les néophytes.

Malheureusement comme dans de nombreux domaines, les clients ne savent pas trop quel est le juste prix. Et devant plusieurs devis, il est difficile de faire le bon choix.


Mathieu, assurance-auto-pas-cher

17 avril 2014 à 16 h 27 min

Il y a beaucoup de travail derrière, c’est pour cela que ça coûte aussi cher.


Ajouter votre commentaire sur Création de site internet : combien ça coute ?